2 bulles de protection contre le rejet

le rejetLe rejet fait mal, on est déçu, il y a un écart entre nos espérances et les faits.
Les causes de la peur du rejet peuvent venir de l’éducation qu’on a reçu de ses parents, d’intimidations à l’école, d’un RDV amoureux raté, d’une promotion professionnelle qui s’en va à quelqu’un d’autre ou lorsque l’on n’est pas invité à une fête, etc…

Les conséquences du rejet et de la peur du rejet sont multiples.

Dans le cas de l’impact de l’éducation parentale, l’enfant pourra avoir un comportement fuyant. Il cherchera à montrer qu’il existe en se cachant ou en fuguant pour que ses parents s’inquiètent de sa disparition. L’enfant pourra faire des manières, ne pas être totalement lui même, dans l’espoir de ne pas décevoir. L’enfant fera tout pour être rejeté (inconsciemment), il ne comprend pas qu’on puisse l’aimer. Si quelqu’un s’attache à lui, il va saborder la situation.

Ça fait mal de subir un rejet social. Plusieurs rejets : vos niveaux de la confiance en soi, d’estime de soi et du droit d’exister baissent.
La personne rejetée est incapable de reconnaitre sa vrai valeur, ses qualités, ses talents et ses capacités.

Ce n’est pas facile lorsqu’on est blessé(e); la tendance à l’immobilisme et à l’isolement s’installe.
La personne se demande ce qu’elle fait sur la planète, en général elle a peu d’amis et se sent coupée des autres.
Elle a une grande souffrance intérieure qui peut passer de l’amour à la haine.

On désir être aimé mais on ne s’aime pas soi-même ce qui engendre un vide intérieur qui n’est jamais comblé.
La peur empêche l’épanouissement personnel, social et amoureux. C’est un frein au développement des relations.

Les besoins émotionnels, sociaux et d’appartenance sont des besoins vitaux. Si on en manque on ressent une douleur. Ses besoins ne doivent pas être remplis par une seule personne (relation amoureuse). Aimer son partenaire ne veut pas dire être incapable de fonctionner sans son soutien (la dépendance affective est différente de l’échange affectif).

On a besoin d’être rassuré(e) sur les sentiments de l’autre (moindre retard ou commentaire = rejet). La personne attend que l’autre lui prouve qu’il l’aime mais elle ne croit pas à ses preuves (ambivalence).
On porte une importance démesurée de l’opinion des autres. Pour se protéger on s’isole mais du coup on se sent seul(e) et on entre petit à petit dans la dépression.

Pourquoi certaines personnes sont rejetées et pas d’autres?

Tout d’abord, on ne peut pas plaire à tout le monde : les gens populaires se font rejeter aussi mais ils composent avec le rejet parce qu’ils ont un bon niveau d’estime de soi.
Ensuite, tout le monde transporte un bagage émotionnel. Lorsque nous sommes blessé(e)s nous attirons plus de rejet.
Enfin, certaines personnes souffrent et blessent sans le vouloir.

Comment soigner la blessure du rejet ?

Les 2 bulles protectrices contre le rejet sont la préparation mentale et le développement de ces relations sociales.

1- La préparation mentale:

Avant un repas de famille par exemple :
Pour éviter d’être déçu(e) du comportement d’un parent, imaginez au moins 2 scénarios possibles. Cet exercice mettra en place un mécanisme de protection. Si vous vous préparez mentalement à un résultat négatif, vous serez plus à même de bien réagir.

  • « N’en faîtes pas une affaire personnelle ! »
    Prenez du recul : Oui, on vous a rejeté(e).
  • Acceptez que vous ne pouvez pas toujours savoir pourquoi on vous a rejeté (suppositions = perte de temps et d’énergie).
  • Entretenez votre santé émotionnelle : gérer ses émotions pour avoir l’opportunité de s’ouvrir aux autres.
  • Pansez ses blessures: noter dans un cahier les faits, ajustez votre attitude, restez positif (l’auto-critique ne fait pas avancer les choses).
  • Fixez vous des objectifs personnels réalisables qui vous permettent de passer à autre chose en faisant de nouvelles expériences positives.

Astuce : Gardez en mémoire ce proverbe Maori :
« Tournez-vous vers le soleil, l’ombre sera derrière vous ! »

2-Entretenir ces relations sociales :

Quelles soient amoureuses, amicales, familiales ou sportives, les relations permettent de se nourrir émotionnellement. Rencontrez des personnes positives pour relativiser l’impact du rejet.

Prenez conscience qu’une conversation ou qu’une relation peuvent avoir une fin.

Développer son estime de soi en reconnaissant ses forces et ses faiblesses permet de s’accepter tel que l’on est et d’être conscient de la valeur que l’on apporte aux autres.

Soyez-vous même ! Vous êtes unique.

Pour définir votre degré de saturation émotionnel je vous invite à répondre au quiz sur http://vaguepositive.com/category/quiz/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 2 =